Requins en danger: l'Europe retarde encore leur protection en Méditerranée

Requins en danger: l'Europe retarde encore leur protection en Méditerranée

L'Union Européenne a de nouveau retardé l'adoption de mesures de protection de dix espèces de requins et raies victimes de surpêche en Méditerranée, lors d'une réunion internationale à Paris début Février.

"Après avoir déjà retardé la décision à deux reprises lors de réunions précédentes, l'UE demande un délai supplémentaire, en invoquant une clause de la Convention de Barcelone qui l'autorise à bénéficier de six mois supplémentaires pour décider si elle est disposée à protéger les espèces ou non", a précisé l'organisation Oceana dans un communiqué à l'issue de la réunion de 21 pays signataires de la Convention incluant l'UE et la plupart des riverains de la Méditerranée.

"Alors que les autres pays tels que l'Algérie, la Libye et le Maroc sont arrivés (à la réunion bi-annuelle) désireux de protéger ces espèces, l'UE est venue sans position finale, retardant une fois de plus cette décision importante", a souligné Xavier Pastor, directeur exécutif d'Oceana.

Oceana a qualifié de "honteux" ce nouveau délai réclamé par l'UE lors de la réunion qui devait s'entendre sur l'adoption de mesures et d'une liste d'espèces à protéger.

"Pendant ce temps quatre espèces, considérées en danger critique d'extinction, continuent d'être exploités en Méditerranée", a rappelé Xavier Pastor. Il s'agit notamment des requins marteaux et requins taupes bleus, très prisés pour leurs nageoires et ailerons à forte valeur commerciale en Asie et qui ont subi des déclins de population de plus de 99% sur un siècle dans certaines parties de la Méditerranée.

Avec 41% des requins et raies considérés comme menacés, alors que la moyenne mondiale est de 17%, la Méditerranée est la région du monde la plus sinistrée pour ces espèces, selon Oceana.

Source: AFP, 10 Février 2012

Photo courtesy of Arkive - Porbeagle