Convention de Bonn: 116 Etats s'engagent à Protéger la Raie Manta

Les Etats signataires de la convention de Bonn sur les espèces migratoires ont convenu vendredi à Bergen (ouest de la Norvège) d'ajouter la raie manta géante, victime de la surpêche, à leur liste d'espèces protégées.

Convention de Bonn: 116 Etats s'engagent à Protéger la Raie Manta

Pouvant mesurer jusqu'à sept mètres et peser 1,4 tonne, la raie manta est menacée par la pêche accidentelle mais aussi intentionnelle, ce géant des mers étant prisé pour la confection de poudre thérapeutique pour la médecine chinoise.

Selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), les prises de raie manta ont plus que triplé en quelques années, passant de 900 tonnes en 2000 à 3.300 tonnes en 2007.

Regroupant 116 Etats, la convention de Bonn -- ou convention de l'ONU sur les espèces migratoires (CMS) -- a aussi ajouté six autres espèces, y compris certains faucons et l'argali (ovin d'Asie centrale), à ses listes d'espèces à protéger ou nécessitant des mesures de conservation.

"Nous sommes transportés de joie par la décision des membres de la CMS de soutenir la proposition de l'Equateur visant à protéger la magnifique mais extraordinairement vulnérable raie manta géante", a réagi Sonja Fjordham, présidente de l'ONG Shark Advocates International.

La rencontre de Bergen était centrée sur la mise en place de réseaux écologiques pour amortir l'impact du changement climatique sur les espèces migratoires.

Il s'agit d'identifier et de prendre soin d'un réseau de sites de conservation essentiels et des couloirs de migration entre eux, a expliqué à l'AFP Oeystein Stoerkersen, responsable de la Direction norvégienne de la nature. Ces sites-clés fonctionnent comme un réseau de stations-service. Comme ces dernières, ils ont tendance à se raréfier et cela complique sérieusement le déplacement des espèces migratoires.

Les 82 Etats représentés à Bergen devaient aussi lancer un appel aux participants de la conférence de l'ONU sur le réchauffement climatique qui s'ouvrira lundi à Durban (Afrique du Sud), notamment pour qu'ils mettent davantage l'accent sur la protection de la biodiversité.

©AFP / 25 novembre 2011