Ces cultures où le requin est adoré et vénéré

Monstrueux, le requin ? Pas pour tout le monde, car selon les territoires, selon les cultures, le squale n’est pas forcément associé au mal ou à la violence.

Ces cultures où le requin est adoré et vénéré

Ainsi, dans plusieurs traditions polynésiennes, un culte respectueux était voué au requin Mako, considéré comme la réincarnation des ancêtres disparus, entité qui veille sur les membres de la famille qui partent en mer.

Ces réincarnations sont appelées “aumakua” et peuvent prendre diverses formes, animales (requins, donc, mais aussi tortues de mer, lézards...) ou végétales. Chaque famille “possédait” donc “son” requin mako, et la dévotion dont il faisait l’objet incluait que l’on ne perturbe pas la vie de l’animal dans son milieu naturel. Et lorsqu’un pêcheur, sur son embarcation, revenait sain et sauf d’une sortie en mer qui avait mal tourné, gloire était rendue à son requin protecteur.

De même, dans la mythologie maorie (Nouvelle-Zélande), le demi-Dieu Maui forma la Voie lactée en plaçant le requin (appelé Te Mangoroa) dans le ciel. Les requins, ainsi que les raies, étant considérés comme les enfants du Dieu Punga, connu pour sa laideur. Certaines légendes maories racontent que le gardien des océans, Ruamanao, prit la forme d’un requin mako, que l’on invoquait en cas de chavirage ou d’échouage d’un bateau.

Une autre relate l’histoire d’un équipage qui fut littéralement avalé par un monstre des mers avant d’être sauvé par un requin. Ce qui n’empêchait pas les Maoris de lancer des campagnes de pêche, mais à des jours bien précis, hors desquels les contrevenants s’exposaient à la confiscation de leurs biens.

La pêche se déroulait selon des techniques bien précises afin de ne pas endommager ses dents, considérées comme précieuses. Elles étaient utilisées en bracelets, colliers ou boucles d’oreilles, les plus courues étant les dents de requin blanc. Selon les espèces, les dents pouvaient également servir de lame de couteau. Quant à la graisse de requin, elle entrait dans la composition de produits cosmétiques.

Le service pédagogique du parc marin métropolitin Marineland ajoute que “chaque île de l’archipel des îles d’Hawaï a son roi-requin. Au large du port d’Honolulu règne le « Dieu des Dieux » : Kamo-Hoa-Lii, le maître de tous les requins d’Hawaï et de Maui. Il vit dans différentes cavernes aux environs de l’île, et est doté de pouvoirs surnaturels comme celui de prévoir les vents et les dangers de l’océan”.

Mais évidemment, le requin a du mal à se débarrasser de sa mauvaise image. Comme au Japon, où il est associé à la terreur. Une légende narre l’histoire d’un petit lapin qui, après avoir convaincu les requins de se mettre en file indienne pour l’aider à franchir un obstacle, fut finalement dépecé par l’un d’eux. Aussi, des mâchoires de requin étaient-elles peintes sur les avions japonais au cours de la deuxième guerre mondiale.

Sculpture: Cette statue, qui se trouve au musée du Quai Branly, représente l’homme-requin du Dahomey, autrement dit le roi Behanzin, qui régnait sur l’actuel Bénin autour de 1890. Le requin était présent sur ses armoiries pour symboliser la résistance aux Français.

Source: Ces cultures où le requin est adoré et vénéré