Toronto interdit la vente d'ailerons de requins

Le conseil municipal de Toronto a voté quasi unanimement en faveur de l'interdiction des produits à base d'ailerons de requin.

Toronto interdit la vente d'ailerons de requins

Le conseil a voté à 38 voix en faveur de l'interdiction, mardi après-midi, contre quatre voix opposées à l'interdiction de la vente de produits d'ailerons de requins dans la ville.

Toronto est la quatrième municipalité ontarienne à mettre en place une telle réglementation, rejoignant Brantford, Oakville et Mississauga.

Une centaine de manifestants se sont rassemblés à l'extérieur de l'Hôtel de Ville alors que les membres du conseil débattaient de la question.

Barbara Chiu, directrice exécutive de l'Association des hommes d'affaires chinois de Toronto, a déclaré que le décret ne tenait pas compte des pêcheurs qui utilisaient des méthodes plus modérées pour la pêche au requin, et craint qu'une interdiction ne pousse les réceptions de mariages chinois hors de la ville.

Selon le conseiller Glenn De Baeremaeker, toutefois, l'interdiction n'est pas une attaque contre les commerçants, et enlever la soupe d'aileron de requin du menu ne mènera pas à la banqueroute.

Le maire de Toronto Rob Ford, qui a dit ne pas croire qu'il relevait de la Ville d'interdire la vente d'ailerons de requins, et trois conseillers ont voté contre l'interdiction.

Les groupes ayant milité en faveur de l'interdiction ont félicité la Ville pour l'adoption du décret.

"Pour une ville de la taille et de l'influence de Toronto, adopter une interdiction de vente d'ailerons de requins est un moment historique pour le Canada", a déclaré Claudia Li, fondatrice de Shark Truth.

"Les conseillers donnent l'exemple de la façon dont nous pouvons protéger les requins contre la pratique nuisible de la pêche pour les ailerons."

Ce procédé consiste à capturer les requins, à leur couper les ailerons et la queue, puis à les rejeter à l'eau pour les laisser y mourir.

Shark Truth soutient que jusqu'à 73 millions de requins sont ainsi tués à chaque année pour subvenir à la demande pour la soupe d'ailerons de requins, poussant certaines populations de requins à diminuer de près de 90 pour cent au cours des dernières années.

Aux États-Unis, le gouverneur californien Jerry Brown a signé, plus tôt ce mois-ci, une loi interdisant la vente, le commerce et la possession d'ailerons de requins dans l'État.