Sanctuariser 4% des océans permettrait de protéger les mammifères marins

Une équipe de biologistes marins de l'université de Standford et de l'Universidad Nacional Autónoma de México (Unam) ont identifié 20 zones d'importance capitale (dites " hotspots ") pour la biodiversité marine.

Sanctuariser 4% des océans permettrait de protéger les mammifères marins

La protection de 9 d'entre elles qui correspondent à 4 % de la superficie des océans permettrait de sauver 84 % des 129 espèces de mammifères marins recensées sur Terre.

En compilant les données accumulées sur ces animaux, ils ont réalisé une carte indiquant la richesse spécifique en mammifères marins, c'est-à-dire le nombre d'espèces différentes par zone du globe.

Ces cartes constituent ainsi de précieux outils qui devraient inspirer les pays concernés afin de mener des politiques d'aménagement du territoire dans le sens de la protection de la faune et de la flore.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, " c’est la première fois que la répartition mondiale des mammifères marins a été compilée et présentée sous forme de carte", ont souligné Sandra Pompa et Gerardo Ceballos, membre de l’Université Nationale Autonome du Mexique et co-auteurs de l’étude.

"Il est essentiel de protéger les mammifères marins pour maintenir le fonctionnement des écosystèmes océaniques. Nombre d’entre eux sont de grands prédateurs et ont des impacts sur toute la chaîne", a de son côté commenté Paul Ehrlich, chercheur à l’Institut de l’Environnement de Stanford (États-Unis) et qui a lui aussi participé aux travaux.

To read this News item in English, click here.