Décisions Historiques pour les Requins et les Raies

Mar. 14/13

En plénière aujourd’hui, la CITES a accepté les recommandations du Comité d’inscrire cinq espèces de requins commercialisés aux annexes de la CITES, ainsi que les deux raies mantas et une espèce de poisson-scie.

Nous sommes fiers que la pression des plongeurs ait contribué à obtenir ce jalon capital pour la préservation des requins et des raies.

Ania Budziak, Project AWARE Associate Director

Le Japon, soutenu par la Gambie et l’Inde, a échoué dans sa tentative de contester la décision du Comité d’inscrire le requin océanique, tandis que Grenade et la Chine ont perdu dans leur requête de réouverture du débat sur l’inscription de trois espèces de requin-marteau. La Colombie, le Sénégal, le Mexique et d’autres sont montés au front pour soutenir le Comité dans ses décisions d’inscrire les requins.

"Nous nous réjouissons de ce résultat obtenu grâce à une formidable mobilisation de nombreux gouvernements", a déclaré Amie Brautigam, conseillère en politique marine pour la Wildlife Conservation Society. "Ces décisions emportées de haute lutte pour obtenir que la CITES régule le commerce international des requins et des raies s’appuient sur des argumentations solides construites depuis deux décennies, et l’emportent sur une opposition de longue date à l’inscription d’espèces commercialisées de requins."

Le requin océanique, le requin taupe, trois espèces de requin marteau, et les deux raies mantas – toute inscrites dans la catégorie « en danger » sur la liste rouge de l’UICN – seront donc ajoutées à l’Annexe II de la CITES qui exige la délivrance de permis pour sécuriser la légalité et la durabilité des exportations. Les seuls requins précédemment inscrits à la CITES – le requin pèlerin, le requin baleine et le grand requin blanc – ne sont pas pêchés dans des proportions comparables à celles des espèces nouvellement inscrites. Le poisson-scie d’estuaire passera de l’Annexe II à l’Annexe I, où sont déjà inscrits tous les autres poissons-scies, parachevant ainsi une interdiction mondiale du commerce international pour ces espèces en danger critique d’extinction.

"Nous sommes très reconnaissants aux gouvernements porteurs qui ont considéré la valeur grandissante des populations de requins et de raies, et qui ont défendu de saines propositions", rapporte Ania Budziak, directrice associée de Project AWARE. "Nous sommes fiers que la pression des plongeurs ait contribué à obtenir ce jalon capital pour la préservation des requins et des raies."

Parmi les 27 Etats membres promoteurs des différentes propositions d’inscription se trouvent l’UE, l’Australie, le Brésil, la Colombie, les Comores, le Costa Rica, la Croatie, l’Equateur, l’Egypte, le Honduras, le Mexique et les USA. Les propositions concernant les requins et les raies ont obtenu la majorité de plus des deux tiers des votes nécessaire pour être adoptées, alors que le poisson-scie a obtenu un consensus.

"Rassurés par le fait que les décisions du Comité n’ont pas été rejetées, nous nous consacrerons désormais à la phase essentielle de mise en application", a déclaré Sonja Fordham, Présidente de Shark Advocates International. "Nous demandons à toutes les Parties de prendre conscience de la situation déplorable dans laquelle sont les requins et les raies, et de s’atteler de toute urgence à rendre soutenable le commerce international de ces espèces nouvellement inscrites, car c’est une priorité. "